Notre lettre 775 publiée le 14 décembre 2020

LES ELUS DES NATIONS

ENQUETE SUR LE CARACTERE UNIVERSEL DE L'ATTIRANCE VERS LA LITURGIE TRADITIONNELLE

Nous avons tous entendu dire, particulièrement dans les milieux ecclésiastiques officiels ou journalistiques qui leurs sont dévoués, que le phénomène « traditionnel » n’était qu’un mouvement « franchouillard, un phénomène essentiellement franco-français. Ce type d’affirmation gratuite leur permet de camper sur leurs positions idéologiques et de ne pas avoir à remettre en question leur bonne conscience

Mais les faits qui démontrent que ces propos péremptoires sont inexacts sont têtus ! Outre les nombreuses Lettres que nous avons publiées sur la liturgie traditionnelle dans toutes les parties du monde, depuis 2018 Orémus/Paix Liturgique publie chaque année un bilan universel de la géographie et du développement de la liturgie traditionnelle. Elle est bien vivante et célébrée régulièrement dans 90 pays de tous les continents, ce qui indique aux hommes de bonne volonté que tenter de réduire le phénomène traditionnel à quelques derniers des Mohicans nostalgiques du vieux continent est une attitude politique, qui permet aux ennemis de la Paix de ne pas voir la réalité de la vie de l’Église du début du troisième millénaire. Une Église dont la composante traditionnelle est aujourd’hui, même si cela n’est pas mis en lumière par les médias officiels, une composante essentielle de l’Église d’aujourd’hui et encore plus de l’Église de demain. Heri, hodie, et in sæcula, parce que la nature de l’Église est d’être traditionnelle !

Pour ceux qui ont des yeux mais qui ne voient pas, des oreilles mais n’entendent pas, comme dit le psaume, l’entretien qui suit avec Christian Marquant ne changera rien … Et pourtant ! Elle révèle, chiffres à l’appui, qu’en 2020 le mouvement des jeunes hommes qui s’orientent vers le sacerdoce traditionnel, qui est en pleine croissance, concerne aujourd’hui toutes les régions de la terre, indépendamment de leurs langues ou cultures. Mouvement qui confirme les informations fournies par nos bilans annuels

Car en cette fin de la seconde décade du troisième millénaire, un fait est bien attesté : l’attrait et l’amour pour la Tradition à la fois liturgique et doctrinale est universel. Il ne peut plus être restreint, par ignorance ou malveillance, à certaines régions de « l’ancien monde ». La sensibilité traditionnelle est universelle. Nous entendons sensibilité comme exprimant le sens, l’instinct de la foi, le sensus fidei. Ils sont de plus en plus en plus nombreux ces jeunes gens, hommes et femmes, découvrant la richesse de la catholicité traditionnelle et se tournant décidemment vers elle. Ce n’est qu’un début ….


Paix liturgique : Comment avez-vous été amené à réaliser cette étude sur les nouveaux élus s’orientant en 2020 vers le sacerdoce catholique traditionnel ?

Christian Marquant : Au départ ce fut tout à fait par hasard… C’est en recevant un, puis plusieurs documents, émanant d’instituts traditionnels qui faisaient part de leur rentrée 2020, que j’ai été interpellé par la diversité des origines de beaucoup des jeunes hommes qui y étaient mentionnés. Voilà ce qui m’a poussé à en savoir plus et à aller plus loin.


Paix liturgique : Et où êtes-vous allé chercher vos informations ?

Christian Marquant : M’intéressant à ces jeunes, qui entraient dans les maisons traditionnelles, j’ai naturellement été voir les informations que je pouvais trouver auprès des grands instituts traditionnels.


Paix liturgique : C’est-à-dire ?

Christian Marquant : La Fraternité Saint-Pie-X, la Fraternité Saint-Pierre, l’Institut du Christ-Roi et l’Institut du Bon Pasteur, auxquels j’ai ajouté le séminaire d’Asie de la Fidélité Catholique (scission de la FSSPX), pour les raisons que je vous indiquerai plus loin.


Paix liturgique : Vous avez pu obtenir tous les renseignements que vous désiriez ?

Christian Marquant : Inégalement… Pour certaines maisons – les plus nombreuses - la plupart des informations se trouvent sur leurs sites internet. Pour d’autres, je pense à des maisons plus lointaines, en Amérique ou en Asie, la quête des informations a été plus laborieuse.


Paix liturgique : Vous n’avez donc pas réussi à mener une étude exhaustive ?

Christian Marquant : En effet, mais par rapport à ma recherche cela ne pose pas de problème. Même si je n’ai obtenu que 95 % des renseignements que je sollicitais cela ne changera en rien les conclusions auxquelles je suis parvenu.


Paix liturgique : Mais d’abord qu’entendez-vous par « nouveaux entrants en 2020 » ?

Christian Marquant : J’évoque par-là les jeunes hommes qui ont fait pour la première fois en 2020 la démarche de s’approcher d’un séminaire traditionnel en espérant répondre à une vocation sacerdotale, que ce soit ceux qui entrent en année de spiritualité (qu’on appelle aussi de propédeutique), ceux qui entrent dans une période de discernement, mais pas ceux qui sont actuellement dans une seconde année de discernement.


Paix liturgique : Mais vous n’êtes pas sans savoir que parmi ces jeunes hommes un certain nombre n’arriverons pas au sacerdoce ?

Christian Marquant : Je le sais tout à fait. Il est probable que plus d’un tiers d’entre eux quitteront, parfois assez vite, cette voie exigeante. Jusqu’aux engagements du sous-diaconat, le séminariste, comme ses supérieurs, peuvent estimer qu’il n’est pas dans la voie où Dieu l’appelle. Mais une nouvelle fois je pense que cela n’a pas de conséquence pour ma recherche ni pour les résultats de mon étude, qui s’intéressent à l’origine de ceux qui souhaitent s’approcher aujourd’hui, en 2020, du sacerdoce traditionnel.


Paix liturgique : Quels sont alors les résultats de votre étude ?

Christian Marquant : J’en trouve deux particulièrement importants parmi beaucoup d’autres *


Paix liturgique : Le premier ?

Christian Marquant : C’est l’importance numérique de ces jeunes hommes attirés par le sacerdoce traditionnel ! Car sans faire un calcul total et exhaustif, et sans y incorporer ni les maisons religieuses traditionnelles (bénédictins, dominicains etc…) ni les nombreuses autres maisons assimilés à la nébuleuse Ecclesia dei ou au monde de « Saint-Pie-X », l’on arrive en 2020 à près de  210 candidats qui se tournent ainsi vers le sacerdoce catholique traditionnel…


Paix liturgique : C’est important ?

Christian Marquant : Je dirais que c’est considérable et que, si l’on compare ce chiffre – même amputé du tiers ou de la moitié en tablant sur une probable discernement – au nombre des ordinations sacerdotales traditionnelles en 2020, on va, dans les toutes prochaines années, vers un accroissement considérable de plus de 50 % du nombre des ceux qui vont être chaque année ordonnés au sein du monde traditionnel !


Paix liturgique : Mais cela ne se retrouve pas dans toutes les régions du monde.

Christian Marquant : Vous avez raison, et il semble que dans certains pays européens le nombre des ordinations traditionnelles est en régression ou n’augmente pas, encore qu’une reprise semble se dessiner. En revanche, et ce sera le deuxième point intéressant de mon étude, l’internationalisation, je dirais même la quasi universalisation de l’attrait pour le sacerdoce catholique traditionnel qu’on constate va engendrer au niveau planétaire un accroissement important des ordinations dans les prochaines années.


Paix liturgique : Pensez-vous que ce chiffre de 210 est « un maximum » ?

Christian Marquant : Non, il est celui fournit par mon enquête qui, je l’ai déjà évoqué, n’a pas été mené d’une manière exhaustive auprès de la totalité des maisons traditionnelles. Cela m’amène à pense que, probablement, si j’avais pu mener une enquête plus complète, j’aurais obtenu un résultat plus considérable, au moins de l’ordre de 260 candidats, en utilisant simplement les informations partielles qui me sont parvenus en dehors du cadre de mon enquête.


Paix liturgique : Si nous revenons à votre second point qu’auriez-vous à dire ?

Christian Marquant : D’abord qu’aujourd’hui encore le plus grand nombre des jeunes attirés par le sacerdoce proviennent des vieux pays traditionnels. Je pense aux États-Unis, avec 57 candidats, et à la France, avec 33 de ces jeunes.


Paix liturgique : Mais il y a ceux qui viennent d’ailleurs.

Christian Marquant : Oui, et d’un « ailleurs » souvent improbable pour nous tous.


Paix liturgique : Du continent américain ?

Christian Marquant : Commençons effectivement par le continent américain qui représente 96 des 210 candidats « 2020 » au sacerdoce traditionnel, soit près de 46 %.


Paix liturgique : 96 des candidats viennent des Etats-Unis ?

Christian Marquant : Non, 57 d’entre eux seulement, les autres, soit 39 candidats viennent de 9 autres pays d’Amérique.


Paix liturgique : De quels pays ?

Christian Marquant : Du Brésil d’abord, qui a lui seul compte16 candidats, ce qui est en soit considérable, mais ne représente pas la totalité des candidats brésiliens, car je n’y ai incorporé, faute d’informations, ni ceux de l’administration Saint-Jean-Marie Vianney, ni ceux de quelques séminaires diocésains ouverts à la liturgie traditionnelle.


Paix liturgique : Et les autres ?

Christian Marquant : Ils sont très divers… et viennent d’Argentine ou de pays plus inattendus, comme Cuba, le Nicaragua, le Costa-Rica ou la République Dominicaine.


Paix liturgique : Et le Mexique ?

Christian Marquant : Le Mexique est le cas le plus étrange au regard de mon enquête, car on sait que la tradition y est très vivante, et cependant les candidats au sacerdoce échappent au cadre des grands institutions du monde traditionnel. Mais cela ne signifie pas qu’il n’existe pas de jeunes Mexicains attirés par le sacerdoce traditionnel, mais seulement que leur parcours passe par des cheminements que nous ne connaissons pas bien : cela fera l’objet de recherches durant les prochains mois et nous pourrons alors vous en dire plus.


Paix liturgique : Et après l’Amérique…

Christian Marquant : Après l’Amérique, il y a l’Europe qui suit de près avec 85 candidats au sacerdoce soit 40 ,5 % du total.


Paix liturgique : Vous évoquiez le fait que les vocations diminuaient en Europe ?

Christian Marquant : Je n’ai pas dit cela. J’ai remarqué que le nombre des candidats au sacerdoce semblait diminuer en France. En revanche, en Europe, ce nombre est en pleine croissance avec, comme pour le continent américain, une origine très large. En effet, les candidats 2020 viennent de 18 pays d’Europe aussi divers que Malte, la Croatie et la Biélorussie.


Paix liturgique : Est-ce un phénomène nouveau ?

Christian Marquant : Pour autant que je sache, ce n’est pas un phénomène nouveau mais c’est un phénomène en croissance, car je me souviens, en reprenant mes archives, que l’an dernier les candidats ne provenaient que de 14 pays.


Paix liturgique : Et y a-t-il un accroissement du nombre de candidats ?

Christian Marquant : Il y a un accroissement général en Europe. J’ai à l’esprit le cas du Portugal, pour lequel j’ai comptabilisé 5 nouveaux candidats en 2020, mais je connais aujourd’hui au moins 13 séminaristes portugais engagés par le cursus sacerdotal… alors qu’il y a quelques années ces candidats portugais au sacerdoce traditionnel étaient – tous réunis - moins nombreux que les doigts d’une main.


Paix liturgique : Et d’Afrique ?

Christian Marquant : Le cas de l’Afrique est complexe. On observe des jeunes qui viennent de neufs pays – soit trois de plus qu’en 2019 –, mais en même temps un nombre relativement faible de candidats au sacerdoce traditionnel, car je n’en ai recensé que 12, de l’Afrique lusophone avec 2 angolais, de l’Afrique anglophone avec 5 candidats et aussi de l’Afrique francophone avec 6 candidats.


Paix liturgique : Somme toute c’est assez peu…

Christian Marquant : Sans doute mais, une fois les structures d’accueil nécessaires adaptées mises en place, je crois que le mouvement va s’amplifier. La difficulté aujourd’hui étant davantage de réussir à scruter ces candidats pour savoir si l’appel au sacerdoce traditionnel est bien déterminé.


Paix liturgique : Reste à vous interroger sur l’Asie et le monde Pacifique…

Christian Marquant : Là aussi le nombre de pays d’où proviennent les candidats est en pleine croissance et laisse penser à un accroissement numérique important dans les prochaines décennies.


J’ai dit, au début de cet entretien, avoir comptabilisé les candidats s’inscrivant au séminaire de la Fidélité catholique qui se trouve aux Philippines, pour deux raisons :


- La première est de l’ordre de l’information, car je n’arrivais pas à recueillir pour le monde asiatique les informations dont j’avais besoin notamment en raison des bouleversements consécutifs aux questions sanitaires et aux fermetures de frontière qui rendaient les déplacements difficiles.


- La seconde est que j’ai été très surpris de découvrir que le petit nombre des candidats y représentait une grande diversité d’origine.


Ces deux raisons m’ont amené à comptabiliser cette institution, ce qui me permettait de donner une illustration complémentaire à mon enquête.


Paix liturgique : Et quelles sont nos données sur l’Asie/Pacifique ?

Christian Marquant : Elles sont un peu semblables aux données sur l’Afrique : peu de candidats – seulement 16 – mais un nombre croissant de régions d’origine car ce sont de 7 pays qu’ils proviennent avec des origines aussi intéressantes que la Chine, le Viêt-Nam, l’Inde ou la Corée.


Paix liturgique : Avant d’aller plus loin une autre question importante : comment l’ensemble de ces jeunes hommes ont-ils connu le monde traditionnel ?

Christian Marquant : Vous avez raison car ces 210 jeunes hommes viennent de nombreux pays. Pour la plupart d’entre eux la liturgie traditionnelle y est vivante et souvent développée – je pense bien sûr à la France ou aux États-Unis – Beaucoup – plus d’une douzaine – viennent de pays ou la liturgie traditionnelle n’est pas célébrée !


Paix liturgique : Et alors comment l’ont-ils connue ?

Christian Marquant : Parfois au cours de leurs études ou au travers des amis, mais le plus souvent… via Internet, qui est aujourd’hui le canal le plus important pour la diffusion de la liturgie et de la réflexion catholique traditionnelle dans les régions du monde ou celle-ci est absente ou rarissime.


Paix liturgique : Cette étude vous a-t-elle permis d’entrer en relation avec certains de ces candidats ?

Christian Marquant : Malheureusement avec très peu d’entre eux, c’est-à-dire seulement une petite poignée d’entre eux et toujours par une communication électronique qui ne permet pas tous les échanges.


Paix liturgique : Et qu’en avez-vous tiré ?

Christian Marquant : Deux leçons. La première est l’extraordinaire pouvoir d’attraction de la liturgie traditionnelle qui répond à la Foi et aux exigences spirituelles d’hommes venus de toutes les parties de la terre : plusieurs m’ont déclaré que cette liturgie représentait pour eux la quintessence de leur foi, et aussi que le latin, loin d’être un obstacle, était un excellent moyen d’élever leur âme et les aider à quitter leurs turbulences culturelles quotidiennes.

Le second fut de découvrir que la dure épreuve qui consiste pour un jeune français qui s’oriente vers le sacerdoce à quitter la France pour Wigraztbad, Écône ou Gricigliano n’est rien à côté de celle d’un Indien, d’un Chinois ou d’un Cubain qui doit, pour répondre à sa vocation, partir à l’autre bout du monde pour y trouver une maison prête à l’accueillir.

Il importe donc de quitter notre conception nombriliste pour envisager le futur de l’Église. Il sera sans nul doute catholique, c’est-à-dire universel et traditionnel. Il importe d’œuvrer pour que les instituts traditionnels, pour l’instant les meilleurs vecteurs de la formation de prêtres traditionnels, puissent au plus vite accueillir ces futurs élus des nations sur leurs propres continents.


* Nous avons indiqués ces données en toute bonne foi, cependant des erreurs ou des inexactitudes peuvent s'y être glissées  aussi nous remercions  tous ceux qui pourrons nous faire part de leurs  remarques et des corrections nécessaires.


Tableau


Amérique : Total 96 soit 45,7 %

Argentine 7

Brésil 16

Canada 4

Colombie 1

Costa Rica 1

Cuba 1

Mexique 2

Nicaragua 4

République Dominicaine 3

USA 57


Europe/Méditerranée : Total 85 soit 40,5 %

Allemagne 10

Angleterre 6

Autriche 1

Belgique 1

Biélorussie 1

Espagne 5

France 33

Hongrie 2

Irlande 4

Italie 2

Liban1

Malte 1

Pays de Galles 1

Pologne 4

Portugal 5

République Tchèque 2

Roumanie 1

Slovaquie 1

Suisse 4


Afrique : Total 12 soit 5,7 %

Angola 1

Bénin 1

Cameroun 1

Congo Brazzaville 1

Congo Kinshasa 1

Gabon 2

Ghana 1

Kenya 1

Nigeria 3


Asie/Pacifique : Total 16 soit 7,6 %

Australie 4

Chine 1

Corée 2

Inde 2

Nouvelle Zélande 1

Philippines 5

Vietnam 1

A la une

S'abonner à notre lettre hebdomadaire

Si vous désirez recevoir régulièrement et gratuitement la lettre de Paix Liturgique, inscrivez-vous.
S'ABONNER

Paix Liturgique
dans le monde

Parce que la réconciliation liturgique est un enjeu pour toute l'Église universelle, nous publions tous les mois des lettres dans les principales langues du monde catholique. Découvrez et faites connaître nos éditions étrangères.

Télécharger notre application

Soutenir Paix Liturgique