Notre lettre 483 publiée le 31 mars 2015

22-25 OCTOBRE 2015 : À ROME POUR LA FAMILLE AVEC LE PEUPLE SUMMORUM PONTIFICUM

Fin octobre, pour la quatrième année consécutive, le peuple Summorum Pontificum se retrouvera à Rome en pèlerinage. Cela devient une sorte d’institution : la liturgie traditionnelle se déploie à Rome durant trois jours, et notamment dans la basilique vaticane. Des prêtres et fidèles du monde entier se retrouvent pour prier ad limina apostolorum, au « seuil » des Apôtres. Le pèlerinage coïncidera cette année avec la clôture de l’assemblée ordinaire du Synode sur la famille. Le programme du pèlerinage a été pour partie dévoilé et l’on a appris avec joie que c’est le Père Abbé de Fontgombault, Dom Jean Pateau, qui célébrera la dernière messe du pèlerinage, le dimanche 25 octobre, pour la fête du Christ-Roi.

Pour en savoir un peu plus sur le programme et les détails pratiques du pèlerinage, nous avons interrogé Giuseppe Capoccia, son délégué général.



Giuseppe Capoccia en compagnie du chanoine Gilles Guitard (ICRSP) lors du pèlerinage Summorum Pontificum 2014.


1) Giuseppe Capoccia, comment se présente cette quatrième édition ?

GC : Le contexte est un peu particulier cette année puisque le pèlerinage se déroulera au moment où se conclura le Synode pour la famille. Du coup, il est d’ores et déjà difficile de trouver un logement au centre de Rome en pension religieuse. J’invite donc tous les pèlerins, mais surtout les prêtres, à ne pas tarder pour réserver leur hébergement. La tenue du Synode fait aussi qu’aucun chef de dicastère n’est disponible pour les différentes célébrations du pèlerinage. C’est donc un archevêque diocésain italien qui célébrera en la basilique Saint-Pierre le samedi 24 octobre, au terme de notre procession solennelle qui parcourt les rues de Rome.


2) Les pèlerins auront donc l’occasion de prier pour le Synode ?

GC : Oui ou, plus exactement, pour les pères synodaux. L’an dernier nous avions déjà élevé nos prières, lors du chapelet à Sant’Agostino, à Notre-Dame de l’Enfantement, pour qu’elle donne à l’Église « sa sagesse et son attention maternelle afin que la divine institution de la famille puisse toujours, en ces temps de confusion où elle est très souvent rejetée et tournée en dérision, trouver en elle son inflexible défenseur et avocat ». Nous prierons de nouveau cette année pour que l’Église place ce que le saint pape Jean-Paul II appelait nos « petites églises domestiques » (Familiaris Consortio, 51), sous la protection et la conduite de la Sainte Famille de Nazareth, modèle de la vie familiale, de l'éducation et de la sanctification.


3) Y a-t-il des nouveautés dans le programme par rapport aux années précédentes ?

GC : La trame du pèlerinage reste inchangée. Nous commencerons par les vêpres suivies d’un salut du Saint-Sacrement, le jeudi soir en l’église de la Très Sainte Trinité des Pèlerins, chantées par la Schola Sainte-Cécile. Le vendredi 23 octobre, nous aurons le chapelet le matin, le chemin de croix l’après-midi et fêterons saint Antoine-Marie Claret le soir lors d’une messe pontificale célébrée par Mgr Pozzo, Secrétaire de la Commission Ecclesia Dei. Si les lieux de ces différents rendez-vous sont encore à confirmer, je peux d’ores et déjà vous révéler que la rencontre sacerdotale conduira les prêtres et séminaristes du pèlerinage à l’Angelicum (Université pontificale Saint-Thomas-d'Aquin) où ils seront accueillis par le Père Serge-Thomas Bonino, doyen de la faculté de philosophie. Le samedi, nous bénéficierons de nouveau de l’accueil de don Ivan, curé de San Lorenzo in Damaso, pour l’adoration eucharistique qui précédera notre procession solennelle vers Saint-Pierre à travers les rues du centre historique de Rome. C’est Dom Pateau qui nous fera l’honneur de présider cette belle procession vers le tombeau de l’Apôtre. La messe à Saint-Pierre sera à midi, comme l’an dernier. Le dimanche, nous fêterons le Christ-Roi à 11 heures, de nouveau à la Trinité des Pèlerins, avec Dom Pateau et un chœur anglais conduit par Matthew Schellhorn, un jeune et talentueux musicien qui vient de fonder un concours de musique sacré soutenu par la Latin Mass Society.


4) Peut-on savoir qui célébrera à Saint-Pierre ?
 
GC : Non, pas encore. Un archevêque diocésain italien nous a donné son accord mais pourrait être désigné par ses pairs ou par le Saint-Père pour participer au Synode. Une fois que la Conférence épiscopale italienne aura désigné ses représentants, en principe courant mai, nous devrions pouvoir vous en dire davantage.


5) L’an dernier, vous aviez organisé votre pèlerinage de concert avec Juventutem, qui fêtait ses dix ans. Y aura-t-il d’autres synergies cette année ?

GC : La coopération avec Juventutem a été très bénéfique pour tous. Ils ont pu agréger de nouveaux groupes, comme la Slovénie ou la Hongrie, et se fixer de nouveaux objectifs tandis que nous avons pu, avec eux, avoir le privilège d’être reçus par le Pape émérite Benoît XVI qui a ensuite gratifié les pèlerins d’un message chaleureux et paternel. Cette année, c’est la Fédération internationale Una Voce qui a choisi de tenir son Assemblée générale biennale au moment du pèlerinage. C’est d’ailleurs grâce à la FIUV que nous pourrons compter sur la présence, aux côtés de la Schola Sainte Cécile, de Matthew Schellhorn et de son chœur. En outre, une autre initiative internationale, liée au Synode sur la famille, devrait voir le jour. Nous aurons certainement l’occasion d’en reparler.


6) Nous croyons savoir que vous avez déjà commencé à préparer votre pèlerinage 2016 ?

GC : Oui. Dès que nous avons appris que le pape François avait décrété l’Année Sainte de la Miséricorde, nous nous sommes mis au travail car il s’agira encore de circonstances exceptionnelles qui feront affluer encore plus de pèlerins – et de touristes ! – à Rome. Du coup, nous sommes déjà en contact avec un archevêque de la côte ouest des États-Unis pour qu’il fasse coïncider sa venue à Rome pour l’Année Sainte avec le pèlerinage. J’invite d’ailleurs les lecteurs de Paix liturgique et les pèlerins français à cocher d’ores et déjà les dates de cette édition dans leur agenda puisque le pèlerinage se tiendra cette année là du jeudi 27 au dimanche 30 octobre 2016.


7) Un mot pour conclure ?

GC : Trois, si vous permettez ! Le premier pour remercier les donateurs français de Paix liturgique qui garantissent au pèlerinage une part notable de ses ressources. Le deuxième pour vous dire qu’une petite équipe de pèlerins s’est constituée autour de notre délégué pour la France, Jean-Vincent Gaiffe (fr.sumpont[at]gmail.com), qui est à la disposition de tous, ecclésiastiques comme familles ou pèlerins isolés, pour les aider à préparer leur venue à Rome et promouvoir localement le pèlerinage. Le dernier pour rappeler la triple finalité de notre pèlerinage : rendre grâce pour le don du Motu Proprio Summorum Pontificum, exprimer notre fidélité à Pierre et notre disponibilité à nous mettre en chemin pour participer à l’œuvre de la ré-évangélisation et, enfin, témoigner de l’éternelle jeunesse et inépuisable richesse de la liturgie traditionnelle qui permet de mieux comprendre le don que le Christ nous fait de Sa personne par le mystère de Son sacrifice perpétuellement renouvelé sur nos autels.


Pour suivre l'actualité du pèlerinage :
www.unacumpapanostro.com / #sumpont2015 sur twitter / 'Populus Summorum Pontificum' sur facebook



à la une



Les messes extraordinaires


S'abonner à notre lettre hebdomadaire

Si vous désirez recevoir régulièrement et gratuitement la lettre de Paix Liturgique, inscrivez-vous.
S'ABONNER

Téléchargez notre application


Paix Liturgique dans le monde

Parce que la réconciliation liturgique est un enjeu pour toute l'Église universelle, nous publions tous les mois des lettres dans les principales langues du monde catholique. Découvrez et faites connaître nos éditions étrangères.

Soutenir Paix Liturgique